Friday , July 20 2018
Home / Editorial / Quel avenir pour le tourisme en Haïti avec la nonchalante Colombe Emilie Jessy Menos ?

Quel avenir pour le tourisme en Haïti avec la nonchalante Colombe Emilie Jessy Menos ?

les problèmes liés au tourisme sont à la fois simples et complexes. De ce fait, ont-ils expliqué, il faut un personnel qualifié pour répondre adéquatement aux demandes des visiteurs. Ils reconnaissent unanimement qu’il s’agit là d’un secteur porteur. « C’est un pourvoyeur d’emplois de premier rang », laissent entrevoir Pierre Chauvet et KesnerPharel, deux des intervenants. Ainsi, présument-ils, les entrepreneurs ont intérêt à investir davantage dans le tourisme. Le tourisme ne s’improvise pas.

Haiti n’est pas encore une destination, mais c’en est une en construction. De ce fait, il est impératif d’insister sur le volet promotionnel..

Pour y remédier, «il est nécessaire de faire une politique de formation. Il est bien plus facile en effet de construire un hôtel que de former le gérant dudit hôtel»

D’où l’importance, qu’il y ait une politique de mise à niveau.Cette politique ne donnera véritablement ses fruits que lorsqu’il y aura de la concurrence.

Contrairement au secteur des travaux publics qui ne s’occupe que de routes et d’autoroutes, le tourisme en Haiti est un secteur transversal qui est lié à absolument tous les autres secteurs. 

Pierre Chauvet a étalé les quatre piliers sur lesquels repose ce secteur. De l’avis de l’entrepreneur, le développement du tourisme passe nécessairement par une prise en charge effective de la qualité du transport, de l’hébergement, de la restauration et des loisirs. C’est, dit-il, un secteur qui offre beaucoup d’opportunités pour les entrepreneurs. Plusieurs milliers d’emplois pourraient donc être créés dans le pays si l’on change notre manière de faire. Dans la région caribéenne, dit-on, environ un sixième de la population travaille dans le secteur touristique. La volonté de la ministre ne suffit pas. Le pays fait face à un désavantage majeur. Le pays ne compte pas beaucoup de professionnels qualifiés en la matière.

Haïti se trouve en bas de la liste. La République dominicaine, la Jamaïque et Cuba ont raflé la part du lion avec respectivement 4,5 millions de visiteurs pour la république voisine et plus de deux millions pour les deux autres pays précités.Haïti est voisine de tous ces pays

Quel tourisme pour Haïti : de la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ? Où en est le tourisme en Haïti ? Quel avenir pour le tourisme en Haïti avec Colombe Emilie Jessy Menos ?

Toutefois,M. Chauvet, trop peu de publicité accompagne les évènements. De l’avis de Kesner Pharel, le pays doit mettre l’accent sur les attractions afin de devenir une destination importante dans la région. Ainsi, la construction de parcs, d’auditoriums et l’organisation du transport aérien et maritime s’avèrent d’une importance capitale pour le développement du secteur.

Fritz Caillot, ministre des Travaux Publics, Transports et Communications, Colombe Emilie Jessy Menos, ministre du Tourisme, Antonio Rodrigue, ministre des Affaires Étrangères et des Cultes sont les poids lourds du régime Moise/Lafontant. Ils font beaucoup de tort au gouvernement et au peuple Haitien.

About Chief Editor

Check Also

Kèk leson nou dwe aprann de sitiyasyon k ap pase an Ayiti a

– Dirijan ayisyen yo, elite ekonomik ak entèlèktyèl yo dwe wè aklè, yo kreye twòp …