Monday , September 25 2017
Home / Featured / A qui profitent les taxes illégales imposées à la diaspora haïtienne

A qui profitent les taxes illégales imposées à la diaspora haïtienne

Je peux dire sans ambages que je suis un expert de la question de la diaspora haïtienne pour avoir fait des études en affaires publiques et internationales et effectuer des recherches sur la question depuis plus de cinq ans. A juste titre, je peux affirmer que je suis un spécialiste en taxation pour avoir passé trois années au Département du Trésor Américain/ Internal Revenue Service, où j’ai travaillé intensément sur des affaires relatives au blanchiment d’argent. On s’y connait bien en fiscalité. Je prends toujours mon temps pour effectuer des recherches pour produire des papiers sérieux et il arrive toujours que les sujets que j’aborde sont des sujets relevant de ma compétence académique. Je détiens une licence an Administration/gestion et une licence en économie et depuis dix ans, je travaille à titre personnelle comme spécialiste en taxation. Cette affaire de 10000 gourdes de taxe forfaitaire imposée à la diaspora haïtienne est une trompe l’œil. L’inculpé Jovenel Moise et les bandits légaux au pouvoir sont en train de faire un test sur la diaspora haïtienne. La question de taxe forfaitaire n’est juste qu’un ballon d’essai. Mais, en passant il faut dire que les fiscalistes haïtiens sont tous des chenapans et des criminels. Jocelerme Privert est le plus madré et l’un des plus corrompus des fiscalistes qui a toujours mis ses compétences au service des grands bonnets en Haïti au détriment du peuple haïtien. Tous ces bruits qu’on fait en ce présent moment c’est pour continuer à exonérer les bourgeois, grands commerçants trafiquants de drogue, d’armes et d’organes humains de payer des taxes et des impôts.

« La fiscalité désigne l’ensemble des règles, lois et mesures qui régissent le domaine fiscal d’un pays. Définie autrement, la fiscalité se résume aux pratiques utilisées par un État ou une collectivité pour percevoir des impôts et autres prélèvements obligatoires. » En Haïti, ce sont les pauvres et les éléments de la classe moyenne qui paient des taxes, impôts et autres prélèvements obligatoires régulièrement. Il y a deux postes mafieux dans l’administration publique haïtienne : Directeur General de la Direction Générale des Impôts et Secrétaire d’Etat aux Finances. Ce sont deux postes qui reviennent toujours à la confrérie des bourgeois haïtiens. Jocelerme Privert a passé plus de 15 ans à ces deux postes combinés. C’est dans la logique de retour de l’ascenseur qu’il faut comprendre l’argent décaissé par les bourgeois haïtiens sur le lobby de Reginald Boulos pour permettre à Privert de soudoyer les parlementaires le 7 Avril 2016 dans un coup d’Etat parlementaire. Jocelerme Privert a toujours été très soumis face à la bourgeoisie répugnante. S’il est un grand cadre de l’Administration publique, il l’a été pour les corrompus de l’Administration publique et la bourgeoisie haïtienne. Pourquoi nous parlons de Jocelerme Privert ici alors qu’il n’est pas au pouvoir ? Jocelerme Privert a été cet élément qui a combattu du bec des ongles depuis la DGI jusqu’à la première magistrature suprême de l’Etat pour empêcher qu’Haïti ait des règles et lois solides et balancées régissant le domaine fiscal. Et, en 2016, un groupe de fiscalistes avait rencontré le président Privert au palais national pour le demander d’élargir l’assiette fiscale en faisant du lobby auprès des bourgeois pour leur demander de payer des taxes et des impôts. Jocelerme Privert a catégoriquement refusé.

En Février 2013, un ancien cadre de la BRH en Haïti qui est devenu professeur aux Etats-Unis d’Amérique m’a permis de lire un rapport du Département du Commerce Américain et de l’USAID stipulant que si les importateurs, commerçants et industriels haïtiens payaient des taxes, à eux seuls, ils pouvaient prendre la charge du budget national qui est de 2,3 milliards de dollars ; et on trouverait de l’argent pour investir dans des projets clés. J’ai beau cherché ce rapport un peu partout, mais je ne l’ai jamais trouvé, mais au moment opportun je citerai le nom de ce professeur qui m’avait donné la possibilité de lire ce fameux rapport. J’ai récemment publié un article où j’ai affirmé que l’ensemble des bourgeois ayant des businesses en Haïti, détenteur de passeports américains doit au fisc américain plus de 10 milliards de dollars, et la famille la plus riche en Haïti a une dette de plus de 3 milliards de dollars. S’il y avait des cadres sérieux en Haïti en ce moment, l’Etat haïtien aurait cherché à dialoguer avec le Département du Trésor Américain et le Département du Commerce pour voir dans quelle mesure une partie de cet argent pourrait être rapatrié en Haïti malgré que ce soient les agents haïtiens qui ont donné carte blanche aux bourgeois en choisissant de ne pas les taxer. En passant, je dois dire à mon public qui me lit et qui apprécie mes notes pourquoi les Arabes, Juifs et autres détenteurs de passeports américains ne paient pas des taxes en Haïti.

Depuis le régime des Duvalier, les bourgeois haïtiens ont toujours investi dans le pouvoir politique dans le but d’asseoir leur pouvoir économique. Après la chute des Duvalier, il était plus facile pour les bourgeois de négocier avec des militaires plus ou moins affamés qui voulaient s’enrichir coute que coute. C’est sous les militaires qu’a commencé la pratique de l’arrosage des employés de l’Etat et des politiciens haïtiens. Le bourgeois haïtien préfère investir 20 millions de dollars par an et plus selon son chiffre d’affaires dans des tractations politiques pour ne pas payer d’impôts. Demander au Ministère des Finances de rencontrer les experts de la BRH et de commencer à travailler sur un projet de loi pour régulariser le fisc haïtien, on vous dira que ce n’est pas possible. Le président de la république qui est financé par l’oligarchie sait qu’il ne peut pas entreprendre des travaux majeurs au niveau de la fiscalité. Pourqu’Haïti puisse devenir un pays viable au niveau du fisc, il faut absolument élargir l’assiette fiscale et il faut que les bourgeois et les gens du secteur informel paient des taxes. Je ne veux pas tirer à boulets rouges sur les bourgeois seulement comme s’ils sont les seuls à ne pas acquitter leurs dettes envers l’Etat haïtien. Il y a un phénomène de « machann Porto-Rico, Panama, Miami et Saint Domingue ». Ces commerçants ne paient pas de taxes et impôts (surtout) et certains sont multimillionnaires, là au centre-ville dans le fatras. Pourquoi les responsables de l’Etat haïtien ne réunissent pas des experts en fiscalité et en évasion fiscale pour débattre de la question et trouver une solution appropriée.

Nous avons un problème flagrant d’autorité de l’Etat. L’Etat paria et anorexique que nous avons en Haïti ne peut pas prendre des mesures adéquates et les faire respecter surtout s’il s’agit des bourgeois qui ont le monopole de la violence dans le pays. Voilà pourquoi, on ne peut pas parler de démocratie ni de progrès en Haïti sans un véritable dialogue entre toutes les couches de la vie nationales. Se battre avec les bourgeois, surtout les Arabes et les Juifs qui ont une culture nomade pour payer des taxes peut se révéler être un casse-tête chinois. Ces hommes agissent ainsi dans tous les pays au monde où il n’y a pas un système de justice rigide et des hommes sérieux qui agissent comme dirigeants. Aujourd’hui, l’étau se resserre sur les bourgeois haïtiens et les éléments du secteur informel. Après ce « leve kanpe » de la diaspora, le gouvernement en place va bancalement tacler les éléments du secteur informel, sans nul doute cela portera du fruit ; mais ils ne toucheront jamais les grands potentats de la bourgeoisie. La famille la plus riche en Haïti devrait payer à l’Etat haïtien chaque année entre 300 à 350 millions de dollars puisqu’elle réalise un chiffre d’affaires de plus de 1 milliard de dollars. Les chiffres sont là, il suffit tout simplement de vouloir les utiliser au bénéfice du fisc. Je me demande assez souvent est-ce qu’il y a des comptables sérieux, honnêtes et intègres en Haïti. Comme agent qui a travaillé sur Haïti pendant trois années, j’arrive à comprendre que c’est tout le système financier et économique qui est pourri tellement j’ai vu des histoires malsaines dans ce pays.

La diaspora haïtienne est la réponse et la solution à tous les maux et les problèmes d’Haïti. J’aurai à débattre sur cette affirmation en long et en large dans un document que je publierai durant l’été 2018. La diaspora est certes fragmentée et non organisée, mais nous avons le plaisir d’avoir des associations socio-professionnelles qui bougent au sein de la diaspora et en plus nous avons un think tank sérieux qui est le GRAHN. Le Groupe de Réflexion et d’Action pour une Haïti Nouvelle est regorgé de grandes compétences. Nous avons vu en 2010 comment le président Bill Clinton avait voulu intimider le représentant du GRAHN Jean Marie Bourjolly qui posait des tas de question sur les fonds recueillis par le CIRH à Santo Domingo. Le professeur a dû laisser la République Dominicaine en catimini pour ne pas se faire assassiner. Le problème de taxe forfaitaire est une grande blague, c’est une trompe œil pour éviter de faire des réformes en profondeur sur la fiscalité en Haïti. Nou pa ka goumen ak bandi, nou pa ka rezonnen ak malandren. Gen de solisyon : 1) Se swa pèp la pou kont pal leve kanpe pou kraze brize e fè wout pou moun serye 2) Kite bagay yo dejenere jiskaske yon gwoup moun pran konsyans e asime lidèchip yon mouvman pou mande pou kat la rebat. Le gouvernement Latortue, la présidence de de l’inculpé Jovenel Moise, et la chambre des députés ne prennent pas la mesure d’imposer une taxe forfaitaire de 10000 gourdes parce qu’ils savent qu’ils vont la collecter. Ils essaient de voir jusqu’où peut arriver la paresse et le désintéressement des Haïtiens de la diaspora. Cette affaire doit servir de prétexte pour tous les experts en administration publique et en politiques publiques pour susciter des débats et faire des propositions sérieuses. Que l’on veuille ou non, pour éviter l’asphyxie du pays en ce moment, l’assiette fiscale doit être élargie et tous ceux qui ont un revenu ou une activité économique rentable doivent payer des taxes et des impôts sans acception de couleur et de classe sociale.

Comme Chrétien Evangélique, nous savons que le mal est partout et en tout, et que le seul moyen de vaincre le mal c’est la solidarité entre les gens de bien, la manifestation de l’amour entre les bien-pensants et la prière qui nous unit au Dieu créateur. Nous continuerons à faire ce que nous faisons mieux : éduquer, informer et conscientiser tout en vivant notre humanité et tout en restant attaché aux valeurs sacro-saintes de la Sainte Bible. Avec la foi, la persistance, le courage et la détermination, nous finirons par avoir gain de cause des thuriféraires qui font mains basses sur Haïti. Pour avoir la bonne gouvernance, des pratiques éthiques et morales, il faut une volonté. Les hommes au pouvoir en Haïti et la majorité des professionnels en Haïti sont corrompus dans l’âme et sont méchants. Prions pour que l’homme haïtien puisse réaliser qu’il est un loup pour soit même et ses frères et qu’il puisse changer. Le changement est possible, il suffit de le vouloir. Je ne suis pas un casseur, mais un penseur qui croit qu’il faut un changement de paradigme, qu’il faut se démarquer de la corruption qui est un mal endémique qui gangrène la société haïtienne. Que les Haïtiens puissent comprendre qu’ils sont maitres de leur destin et qu’ils se mettent debout pour changer leur existence comme l’ont fait tant d’autres nations comme la Bolivie, le Venezuela et le Rwanda. Le progrès est à portée de la main, il suffit de le vouloir, il suffit de se battre pour l’avoir. Cessons d’alimenter des débats futiles, passons à l’action pour débarrasser Haïti des corrompus et des hommes mollusques invertébrés.

Kerlens Tilus 08/28/2017
Futurologue/ Templier de Dieu
Snel76_2000@yahoo.com
Tel : 631-639-0844

About Joseph Wald

Check Also

JoMo: le chimiste de son propre cocktail explosif!

Lisons Roberson Alphonse! La maladresse de Jovenel Moïse, son inexpérience politique, les déficits de communication …