Friday , November 24 2017
Home / News Out of Haiti / Ottawa interpellé pour son rôle dans l’exploitation minière en Haïti

Ottawa interpellé pour son rôle dans l’exploitation minière en Haïti

Un groupe d’experts en développement international considère que le Canada doit cesser d’orienter sa politique internationale et ses services diplomatiques en fonction de l’exploitation « des ressources minières à l’étranger en général et en Haïti en particulier ».

Combien peuvent valoir les ressources minières du sous-sol haïtien ? Au moins 20 milliards de dollars, estime un rapport publié hier par Concertation Haïti. Ce regroupement s’inquiète du rôle canadien dans l’exploitation abusive de ce pays. L’industrie minière en Haïti, enjeux et réalités montre du doigt un projet de déréglementation dont profiteraient les compagnies minières étrangères, au mépris du peuple haïtien.

Six ans après le terrible séisme qui a aggravé la situation déjà précaire d’Haïti, le gouvernement haïtien compte sur la mise en valeur des ressources minières pour assurer son développement. Il a fait connaître ses intentions en la matière aux compagnies minières, tout en amorçant une mise à jour des modalités d’exploitation du sous-sol de l’île, observe Gerardo Ducos, un ancien responsable d’Haïti au sein d’Amnistie internationale, à qui avait été confiée la rédaction de l’étude.

La loi minière jusqu’ici en vigueur en Haïti date du temps de la dictature de Jean-Claude Duvalier. Le président actuel, Michel Martelly, arrivé au pouvoir en 2011, a mis en place des ententes bilatérales et de coopération en faveur de l’exploitation, tout en envisageant ces réformes avec l’assistance de la Banque mondiale. Le Canada a financé 43 % de la totalité des fonds mis à la disposition de l’instance haïtienne vouée à la « modernisation » de la loi minière d’Haïti entre 2009 et 2014.

En 2012, de nouveaux permis ont été accordés à des compagnies minières canadiennes et américaines. Mais les faits et gestes de ces compagnies ont vite été dénoncés par des intellectuels et des universitaires haïtiens, notamment en raison de l’absence de consultations locales comme d’évaluations des ressources autant que des conséquentes écologiques sur un territoire fragilisé.

En 2013, un petit groupe de sénateurs haïtiens a imposé un moratoire fragile sur les avancées rapides de l’exploitation minière en Haïti. Dans l’état actuel de la politique haïtienne, le dossier minier apparaît en suspens, bien qu’un simple décret puisse le relancer à grande vitesse.

Pour Andréanne Martel, du Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS), les modifications des codes miniers partout dans le monde vont dans le sens d’une libéralisation de plus en plus grande. Haïti est à inscrire dans ce paysage global transnational, qui fait une place de plus en plus belle aux minières, au détriment des intérêts locaux.

La transformation des politiques canadiennes d’aide internationale au profit d’actions vouées à la promotion d’intérêts financiers privés préoccupe aussi beaucoup Concertation pour Haïti. Cette nouvelle politique, adoptée récemment par le gouvernement de Stephen Harper, fait de l’« exploitation minière un enjeu central des rapports entre le Canada et Haïti ».

Selon Gerardo Ducos, l’Agence canadienne de développement international (ACDI) avait consacré en 2009-2010 environ deux millions à des « efforts consacrés aux mines et à leur développement ». En 2014, ce chiffre était grimpé à 26 millions. Ce signal ne trompe pas sur les nouvelles intentions du Canada, dit-il.

« À Port-au-Prince, l’ambassade du Canada attend à bras ouverts les compagnies minières afin de les aider. » Pour le groupe Concertation pour Haïti, la situation dans ce pays durement éprouvé réclame davantage d’attentions d’un tout autre type, notamment en faveur de l’éducation, de la production alimentaire et de la consolidation de la structure étatique et des droits de l’homme.

Eau potable

Nixon Boumba, coordonnateur du collectif Justice Mine en Haïti, explique pour sa part que les projets miniers, concentrés dans le nord du pays, des lieux très pauvres, mettent en péril des ressources en eau potable déjà très fragiles. « L’information n’est pas communiquée à la population », observe sur le terrain le sociologue Boumba. De plus, les mesures mises en place pour préserver l’environnement sont, pour ainsi dire, inexistantes, « alors que le pays est déjà plus que fragile, notamment à cause de la déforestation ».

Le regroupement Concertation pour Haïti entend saisir dès que possible le nouveau gouvernement canadien de ces enjeux. Sous le règne des conservateurs, l’ACDI a été fusionnée avec le ministère des Affaires étrangères. La plateforme du Parti libéral du Canada en matière d’aide internationale n’a pas fait l’objet de discussions importantes durant la dernière campagne électorale. Pour l’instant, la politique mise en place sous les conservateurs continue donc de s’appliquer. Il n’a pas été possible hier d’obtenir des commentaires d’Ottawa à ce propos.

Source:http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/459645/aide-internationale-ottawa-interpelle-pour-son-role-dans-l-exploitation-miniere-en-haiti

About Joseph Wald

Check Also

Haiti-Corruption: A quand le Procès Petrocaribe, quid des coupables impliqués dans cette vaste supercherie d’Etat?

RÉPUBLIQUE D’HAITI SENAT CINQUANTIEME LÉGISLATURE COMMISSION ÉTHIQUE ET ANTI-CORRUPTION RESUME EXECUTIF/RAPPORT PETROCARIBE RESUME EXECUTIF Le …