Sunday , October 22 2017
Home / Editorial / René Préval: le chouchou de Marmelade enterré autour des bambous

René Préval: le chouchou de Marmelade enterré autour des bambous

Témoignage! Je me souviens encore comme si c’était hier en ce matin du lundi 13 février 2006, j’étais au volant du vehicule de service en tant que Directeur du Bureau de Communication de la Primature sur la Route de Frères sortant de Vivi Mitchell pour me rendre à Musseau, le siège de la Primature avant le terrible goudougoudou de 2010.

Dejà sur la route de ce mémorable 13 février, je suis devant une barricade entourée des jeunes portant des T-shirts “Ban nou Président Preval”. A l’époque, en tant que Directeur, je me concentrais surtout sur mon desktop et laptop. Plusieurs journalistes ne savaient même pas qui j’étais. Mon visage était presqu’inconnu.

J’ai entendu un jeune manifestant dire “Bay misye pase”. Il me paraissait un étudiant. C’était une première barricade. Tournant à droite sur l’autoroute de Delmas, j’ai compris que les fanas de Préval allaient envahir les rues. Mon vehicule a heurté le séparateur, me voici sur l’autoroute seul vers 7:00 AM.

Entouré des gens non violents, je dois dire, et voilà qui arrive comme un secouriste Edgard Bruneau, le vice-directeur du Bureau de Communication. Kote misye ta brale, m pa konnen.

Il faut dire que les curieux n’avaient pas une seule idée qui j’étais. Edgard Bruneau de sa voix éclatante disait “JeanJean, sa wap fè la”. Notez bien, il ne m’appellait pas Directeur. S’il glissait le simple mot “Directeur” les gens pouvaient se dire “Oo, men yonn”.

Bruneau m’accompagnait au Bureau. Le vehicule est resté au coin. En panne.

La journée venait de commencer comme une épreuve de fin de mandat pour le Premier Ministre Gérard Latortue. Entre temps, plusieurs stations de radio de tendance lavalassienne motivaient leurs auditeurs à gonfler les rues de Port-au-Prince. Les manifs ont commencé et les foules scandaient “Ban nou Préval”. La journée était menaçante. Je rappelle que les élections du 7 février 2006 se sont déroulées dans le calme. Dans le grand calme.

La journée du 13 février 2006, les manifs faisaient de René Préval “le héros du peuple”.

Dans les bidonvilles, le bruit courait “Vote pré pou nou ka rivé loin”. Le code “voté pré” sortait de l’Afrique du Sud, le pays de l’exil de Jean Bertrand Aristide. Les masses lavalassiennes votaient René Préval. Dans leur esprit, Jean Bertrand Aristide devait revenir en Haiti tout de suite après l’arrivée de Préval au Palais National le 14 mai 2011. Entre temps, PM Gerard Latortue voulait faire une intervention télévisée pour rassurer aux électeurs la garantie de leurs votes. La TNH sous la direction de Jacques Price a permis une intervention LIVE du PM Gerard Latortue.

Les foules gonflaient les rues de Port-au-Prince. Dans la résidence du PM Gerard Latortue, certains ministres arrivèrent pour suggérer quoi faire. Les ministres moins proches de Latortue étaient déjà dans le marronage. En ma présence, le Chef de la Minustah Juan Gabriel Valdez cherchait René Preval comme une aiguille dans une boite de foin. Il était introuvable. A un moment donné, quelqu’un a suggéré de composer le numéro de Bob Manuel. Le téléphone a sonné! Bob Manuel répond. Et René Preval était effectivement autour des bambous de Marmelade en companie de Bob Manuel et Jude Celestin.

Rendez-vous Palais National. Il est 16 heures. Un hélicoptère de la Minustah alla chercher René Preval à Marmelade. Le ministre Paul G. Magloire me demanda d’etre dans le cortège du PM Gerard Latortue en direction du Palais National. René Preval arriva dans un helicoptere accompagné de Bob Manuel et Jude Celestin. Au Palais National, la réunion décisive pour remettre le pouvoir à René Preval fut prise dans cette réunion en présence du Président Boniface Alexandre, Gérard Latortue, Michel Brunache, Paul G Magloire, Jacques Bernard du CEP, Bob Manuel, Jude Celestin. J’étais dans les parrages.

A la fin de la réunion, René Préval faisait une boutade “An jwèt konsa mwen pa gen machine poum deplase”. La communauté internationale s’est impliquée dans la partie. A Washington, les républicains au pouvoir, George W. Bush et Condolezza Rice avaient une opinion de la situation. Opinion que l’histoire révèlera un jour. Haiti était à quelques pas de guerres sanguines et fratricides. Le samedi avant les élections du 7 février 2006, l’Ambassadeur américain est venu visiter le PM Gérard Latortue. Ils devraient anticiper ce qui allait se passer le 13 février. Et Gérard Latortue décida sur un certain nombre de choses. PM Gérard Latortue avait une façon très gentille de dire non au Blan. Et René Preval devint Président.

Sous la pluie du 11 mars 2017 à Marmelade, anniversaire de mon père JJJ, j’ai vu un tas de gens pleurer le départ de René Préval dont je connais leur histoires du 13 février 2006 tels que Bob Manuel à qui j’ai pressé la main pour la premiere fois et de loin un Jude Celestin qui esauyait les larmes de ses yeux, un Youri Latortue adeversaire de René Préval II mais proche du défunt.

Autour de la tombe, des pleurs et des cris de frustration pour voir partir l’homme qui a fait le marketing pour sa Marmelade, 10 ans de Chef d’Etat en Haiti: ce pays compliqué, complexe, labyrinthique, un Haiti où oui et non peuvent être les mêmes, un pays très difficile au sein des intrigues, trahisons, coup bas, coup de langues et René Préval a pu sortir vivant du Palais National le 14 mai 2011.

Je me souviens encore de cette phrase du colonel Gracia Jean, chef de cabinet du PM GL : “On sait comment on entre au Palais National mais on ne sait jamais comment on en sort… plusieurs sont sortis par l’exil, la mort ou la prison”.

Je n’ai pas voté René Préval en 2006 car il n’était pas Mon Président préféré cependant il m’arrive à reflechir sur la dimension de l’homme qui a survécu le pouvoir en deux fois par les élections du peuple. Je ne comprendrai jamais pourquoi il a fait jeter en prison Franck Ciné pour des raisons fallacieuses. L’emprisonnement de Franck Ciné reste pour moi une enigme.

A Marmelade, son peuple l’a pleuré autour des bambous. La drone électronique de Radio Télévision Caraibes (RTVC) faisait assez de bruit pour dire au revoir à cet homme qui a marqué l’histoire de notre peuple en bien ou en mal. Lors de la toute première presentation du documentaire “Assistance mortelle” de Raoul Peck, l’ancien Président a ouvert ses deux bras pour me donner un accueil chaleureux et par la suite, j’ai dit à un ami à qu’il faisait beaucoup de confiance: “Et si ce Monsieur voulait révéler des secrets de 10 ans dans un pouvoir élu en Haiti”

Du kyoske Occide Jeanty au Champ de Mars, en prenant la route nationale numéro 1, passant par les Gonaives pour voir le miracle géologique du morne Pilboro arrivé à Marmelade en compagnie du Dr. Ariel Henry, Paul Denis et son épouse, sous la pluie au milieu des bambous: René Préval fut accompagné dignement par son peuple.

Dès mon premier tweet le vendredi 3 mars, j’écartais la thèse d’ACV. Un de mes tweets disait “Arrêt cardio-respiratoire”! Attendons l’autopsie. Jean-Claude Duvalier est mort subitement. René Preval de même. Le premier, BabyDoc 15 ans au pouvoir. Le second Ti René: 10 ans au pouvoir légitimement élu. Son jumeau absent des funérailles, a passé, lui, 7 mois (1991) + 16 mois (1994 -1996) + 36 mois (2001 – 2004). Donc quelques​ 59 mois au Palais National. Et le jumeau était absent. J’ai appris hier que le 7 février 1991, ledit jumeau portait ses chaussures droite et gauche. Qui peut vérfier? Investiture! Hummm.

Adieu au chouchou de Marmelade: René Préval “Nèg bambou a” fut son nom! La fine pluie arrosa hier après-midi le lac artificiel conçu par Ti René rempli de poissons frais que d’autres dégusteront, sauf lui. Certainement. Mon grand ami Marcus Garcia était là aussi, non pas comme Ministre mais comme journaliste et ami de Ti René.

J-J JOSEPH
Twitter: @jeanjuniorj
Le 12 mars 2017

About Chief Editor

Check Also

Depuis quand Cyrus Sibert devient-il un anti-bourgeois! Est-ce un boycottage à Jovenel Moise?

Depuis quand Cyrus Sibert devient-il un anti-bourgeois! Est-ce un boycottage à Jovenel Moise? Auteur: Norluck …