Saturday , September 23 2017
Home / Editorial / Usurper le temps pour perdurer

Usurper le temps pour perdurer

La voile est levée. Sans l’ombre doute, il veut profiter du prétexte de l’ouragan Matthew pour usurper le temps afin de perdurer au pouvoir bénéficié au lendemain du 7 février 2016 faute de la non finalisation des élections de 2015 entachées de tout ce qu’on sait, surtout de zombies modernes.

PRIVERT et son équipe jouent à l’apprenti provocateur pour brouiller les cartes de la conjoncture qui vont servir de prétexte, et on l’a vu à l’œuvre avec le dossier d’aide des Dominicains armés sur notre sol, prétend t-il, un don plus que nécessaire dans les conditions données vu que nos chers policiers ne sont pas en mesure d’assurer la sécurité des convois de ces hispanophones, et pourtant, ces mêmes gentils policiers sécurisent son cortège. Et que dit de la MINUSTAH ?

Et le CEP de Léopold se fait aussi complice de cette usurpation avec un calendrier qui n’est pas du tout pressé à boucler ce long processus électoral, et même sauter la date du 7 février, la date constitutionnelle prévue pour l’investiture d’un nouveau président à la tête du pays tous les 5 ans au terme du mandat de son prédécesseur.

De ce jeu machiavélique, le parlement est en passe d’être dehors du jeu politique avec un Sénat amputé d’un autre tiers de sénateurs, ce qui le rendra dysfonctionnel, et par ricochet, le parlement dans son ensemble. Ce qui fera de PRIVERT, le seul homme fort de la République si on lui laisse le boulevard qu’il a devant lui jusqu’à date.

Ce qui projette à l’horizon de l’année 2017 n’est pas du tout beau à voir, voire de se réjouir. Il est quasiment temps de se préparer pour y faire face et de ne pas se laisser faire par cet astucieux qui tantôt nationaliste, tantôt collabo sans scrupule.

 

Ricardo Vintris

Citoyen Haïtien

jesuis@ricardovintris.com

About Joseph Wald

Check Also

Irma met à nu les faiblesses de notre première ligne de protection

A Malfeti, 2e section communale de Fort-Liberté où vivent 6 000 habitants, quelque 350 maisons …