Saturday , September 23 2017
Home / Featured / Un jugement exécuté avec violence

Un jugement exécuté avec violence

Ce jeudi, on pouvait voir, sur les murs extérieurs de la Sun Auto, à Tabarre, des graffitis : « jugement exécuté ». Joint par le journal, en fin d’après-midi, le P.D.G de cette entreprise, Daniel Rouzier, en voyage à l’extérieur ce jeudi 11 août, a indiqué, selon le rapport de ses collaborateurs, que des individus apparemment lourdement armés, encagoulés, une patrouille du commissariat de Cazeau 1-642, sans plaque d’immatriculation et un « juge de paix en sapat » sont venus exécuter une décision en dépossession de la Cour de cassation. Ils ont violenté les gens présents, déchiré des chèques que des clients avaient en main, saccagé les locaux de la Sun Auto et du consultat de la Jamaïque, peint des graffitis, frappé des employés, bousculé des clients, a détaillé Daniel Rouzier, indiquant que ces individus seraient apparemment à la solde d’un certain Mérizier.

Mais voilà, a expliqué Daniel Rouzier, « ce jugement de dépossession de terrain provenant de la Cour de cassation n’a ni le nom de Sun Auto, ni le mien en tant que P.D.G. de l’entreprise. Je n’ai rien à voir avec ce jugement. Je n’ai pas été appelé en justice ». « Ils sont venus exécuter une décision qui n’a rien à voir avec moi dans une violence inouïe », a-t-il souligné, remerciant le ciel que ses agents de sécurité, désarmés, n’aient pas réagi. « Cela aurait provoqué un petit carnage », a dit Daniel Rouzier.

Le terrain…

« C’est un terrain qui a été acheté il y a 21 ans des héritiers Lespinasse. Financé par la Unibank, le terrain a été enregistré chez le notaire Cassagnol. Je paie des frais d’hypothèque parce que l’achat du terrain a été financé. Chaque année, je paie l’impôt locatif à la mairie de Tabarre », a expliqué Daniel Rouzier, qui se demande « comment peut-on acheter un terrain certifié par un notaire de la place, le faire financer par une banque qui prend le soin de te faire payer les droits d’hypothèque à la DGI pour que cela arrive ? ».

Il y a aussi la « grande prescription » après 21 ans de jouissance paisible d’un bien que l’on présume avoir bien acheté, puisque l’Etat, à travers la DGI, a enregistré l’hypothèque de la banque, a indiqué Daniel Rouzier, qui souligne que ce désordre, cette dérive sont préjudiciables aux investissements dans le pays.

Comment peut-on violer l’espace d’un consultat sur la base d’un jugement qui n’a rien à voir avec le consultat lui-même ? », s’est demandé Daniel Rouzier, inquiet, à 6h 10 p.m. que des employés soient encore enfermés dans les locaux. Daniel Rouzier indique avoir contacté les responsables au plus haut niveau. Plus de huit heures après, cela ne bouge pas, a indiqué le patron de la Sun Auto qui reviendra au pays vendredi, vingt-quatre heures après son voyage.

Contacté par le journal, le porte-parole adjoint de la PNH, l’inspecteur Gary Desrosiers, a indiqué que la police de Cazeau, requise par le juge de paix, a accompagné à l’exécution d’une décision de justice. Le journal n’a pas pu entrer en contact avec le ministre de la Justice sur ce dossier.

Source:Lenouvelliste
Roberson Alphonse
robersonalphonse@lenouvelliste.com – See more at: http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/162004/Un-jugement-execute-avec-violence#sthash.tlcu02eH.dpuf

About Chief Editor

Check Also

Irma met à nu les faiblesses de notre première ligne de protection

A Malfeti, 2e section communale de Fort-Liberté où vivent 6 000 habitants, quelque 350 maisons …