Thursday , August 17 2017
Home / Editorial / Haïti : Gérard Latortue, 27 mois de Premier Ministre : « Nul n’est prophète chez soi… »

Haïti : Gérard Latortue, 27 mois de Premier Ministre : « Nul n’est prophète chez soi… »

Haïti : Gérard Latortue, 27 mois de Premier Ministre : « Nul n’est prophète chez soi… »

Gérard Latortue, Premier Ministre de la République d’Haïti, (9 mars 2004 – 9 juin 2006): 27 mois à la Primature

Gérard Latortue, 81 ans, a quitté la Primature, la tête haute en 2006. A côté du Président Boniface Alexandre, le PM Latortue voulait une transition impartiale qui a inclus tous les secteurs, y inclus ses détracteurs extrémistes de Fanmi Lavalas. Son Cabinet ministériel, contre l’avis du Conseil des Sages a intégré des Ministres ressortissant du secteur Lavalas. La journée électorale du 7 février 2006, plus de deux (2) millions d’électeurs ont voté librement, sans contrainte. Parmi les 35 candidats aux présidentielles de 2006, 25 d’entre eux ont obtenu moins de 1%. Lavalas était aussi aux élections. Ce qui a créé l’atmosphère pacifique des joutes de 2006.

Gérard Latortue, Premier Ministre de la République d'Haïti, (9 mars 2004 - 9 juin 2006): 27 mois à la Primature
Gérard Latortue, Premier Ministre de la République d’Haïti, (9 mars 2004 – 9 juin 2006): 27 mois à la Primature

Il est bon de rappeler ceci:

– Les forces anti-Lavalas, par surcroit, le Groupe des 184, ont blâmé PM Latortue de n’avoir pas pu manipuler les élections pour stopper le retour stratégique, rusé et audacieux de René Preval, (49%) des voix, dès le premier tour.

– Les forces pro-Lavalas ont été aux urnes pour voter le jumeau de Titid, avec l’espoir que Jean Bertrand Aristide devait être de retour se son exil professoral et doctoral en Afrique du Sud. Chose espérée, Aristide est revenu en Haïti le 18 mars 2011 contre la volonté de Barack Obama. Aristide, a-t-il endossé Sweet Micky, Michel Martelly par rapport à Mirlande Manigat? C’est un grand débat.

– La Communauté internationale, en 2006, était divisée sur les élections de René Préval. Une branche voulait coûte que coûte, le second tour Préval (49%) avec Leslie François Saint-Roc Manigat (12%). C’était la position des Républicains de Washington. Je tais des noms pour les besoins de l’histoire et la mémoire. L’autre branche de la Communauté internationale, plus proche de la gauche de l’Amérique Latine insistait sur le prorata des votes blancs (80,000 voix enregistrés), ce qui a donné une victoire dès le premier tour à René Preval autour de 51%. L’un des acteurs du CEP, pro-Préval vient de perdre la vie dans un accident mortel, le brillant Pierre-Richard Duchemin qui a mis tout son poids dans la balance pour faire concrétiser la victoire de RP, dès le premier tour.

Gérard Latortue est de l’ancienne école. Disons mieux. C’est l’école où des hommes de pouvoir ne croient pas que « le pouvoir doit conduire à la richesse personnelle. » Latortue croit dans un Etat-Service et un Etat-responsable. Il croit aussi que les fonds publics doivent être utilisés sainement, non pas pour devenir riche à la sortie du pouvoir.

Durant les 27 mois de Gérard Latortue, il n’a pas signé un seul contrat gré-à-gré qui d’habitude crée de nouveaux riches dans les pays tiers-mondistes. PM Latortue me dit souvent: “Jean-Junior, je n’ai pas signé un seul contrat, gré-à-gré en faveur de mes amis, des membres de ma famille et à ceux des businessmen du Secteur Privé des Affaires”. C’est sous Latortue, que furent créées les institutions telles que l’ULCC, l’UCREF, le Conseil National des Marchés Publics (CNMP). Rappelons que plus de 65 décrets, encore en application constituent la difficile et longue réforme de l’Etat. Combien de parlementaires qui ont le courage d’en parler? A eux de répondre.

Pour finir, le PM Gérard Latortue savait dire NON aux Américains qui parfois pensaient le menacer s’il devait prendre une décision réaliste pour les hauts intérêts de la Nation haïtienne. Le nom de Gérard Latortue ne fait pas l’unanimité dans les secteurs politiques, notamment les tombeurs de Jean-Bertrand Aristide le 29 février 2004.

Les pro-Lavalas ne lui pardonneront jamais d’avoir accepté de succéder au Leader charismatique et tentait de l’assassiner jusqu’au dernier jour de Chef de Gouvernement, le 9 juin 2006. Quant à la Communauté internationale, Haïti est dans le box de deux tendances aux Etats-Unis: Haïti, selon les démocrates de Washington et Haïti, selon les Républicains de Washington. Pour chacun de ces deux groupes, le vieux Gérard fut un diable ou un sauveur selon la compréhension de chacun des événements de l’époque.

Le 9 mars 2004, Gérard Latortue devint Premier Ministre. Les jours passent très vite. A l’aéroport International de Toussaint Louverture, Latortue quitta Haïti pour la Floride, à Boca Raton, depuis le 23 mai 2006 pour des raisons familiales en ce jour-là. Il laissa la passation au PM Jacques-Edouard Alexis aux soins du feu Ministre des Finances, Henri Bazin. Arrivé aux Etats-Unis, sa famille nucléaire le supplia de ne pas retourner à Port-au-Prince, tel qu’il l’a prévu. Toute fin de pouvoir en Haïti suscite des accusations gratuites de la part des élites de tous bords, des anciens amis devenus ennemis, des enragés affamés, victimes manifestes qui vomissent face aux « émeutes de la faim » dans les hauts lieux. Ladite famille, proche de l’ancien PM, aux Etats-Unis, le supplia pour des raisons de sécurité personnelles de ne pas retourner à Port-au-Prince. Aussi, avait-on des renseignements crédibles que des ennemis puissants, fanatiques de l’ancien prêtre voulaient le voir laisser sa peau.

Pendant les dix dernières années (2006 -2016), Latortue a effectué de nombreuses missions internationales, en Afrique et en Europe pour faire le marketing de ses “Dix Commandements de Bonnes Elections” (1) à travers le monde. Il fut honoré en novembre 2014, par la Présidente du Chili, au grade “Grande Croix d’Honneur”, une très haute distinction de S.E. Mme Michelle Bachelet. L’Etat Haïtien, de René Préval (2006 -2011) à Michel Martelly (2011 – 2016), nous laisse croire que « Nul haïtien, ancien Homme d’Etat n’est prophète chez soi ». N’oublions pas la plus haute distinction de l’Etat Haïtien fut décerné 2011 à M. William Jefferson Clinton, le Bill international dans le dynamique deal Preval-Martelly.

Jean-Junior Joseph
Le 10 mars 2016
Twitter: @jeanjuniorj

(1) “Dix Commandements de Bonnes Elections”: https://issuu.com/jean-juniorjoseph/docs/latortue-dix-commandements-election/1

About Editor

Check Also

Décès de René Preval: Me. Sonet Saint-Louis exprime haut et fort ses frustrations

“René Préval fut un politicien madré, un arroseur, un cynique qui pensait pouvoir ridiculiser tout …