Monday , September 25 2017
Home / Editorial / Jocelerme Privert, peut-il réconcilier la nation?

Jocelerme Privert, peut-il réconcilier la nation?

Les enjeux sont de taille, les obstacles sont majeurs, les blessures sont vives et les positions sont divergentes dans le pays aujourd’hui presque comme jamais auparavant dans les temps modernes. L’accession de Michel Martelly au pouvoir a été faite dans des conditions et dans des circonstances plutôt insolites.Or, on dirige le pouvoir comme on y accède.Martelly n’a jamais reçu un mandat du peuple et il n’a pas dirigé avec et pour le peuple, mais de préférence par et pour lui seul.Ainsi donc, il est sorti comme il est rentré.

Le cas de Privert n’est pourtant pas mieux.Issu des élections contestées d’Août et d’Octobre 2015, le parlement manque de légitimité pour offrir une porte de sortie honorable et respectable à la nation. Nommé dans des circonstances pareilles par un parlement pareil, Privert devra se présenter comme un homme d’état très avisé et très doué afin de pacifier la nation, rassurer les cœurs et favoriser la confiance.

D’ailleurs, des nuages épais entourent déjà la présidence de Privert qui semble avoir concocté un accord de dernière minute à ses propres profits avec Martelly sous le couvert d’une quelconque constitution.Le pouvoir judiciare a été écarté ainsi que l’opposition réelle qui a mené la bataille face à la bande rose. La suspicion qui entoure ce pouvoir est donc énorme.La lignée politique de l’ancien directeur de la DGI, du ministre de l’intérieur et du sénateur n’est pas un secret pour personne.Ce n’est sans doute pas une raison pour prédire ou souhaiter son échec car le bien-être collectif dépend de son succès. Cependant, seuls des naïfs espérons aveuglement que Privert se comportera différemment maintenant qu’il est au plus haut point du pouvoir qu’il l’a fait jusque-là.

L’on dit toujours “qui est capable de plus est capable de moins.” Quelqu’un capable d’orchestrer son accession au pouvoir si habilement est aussi capable de tout ce que ses prédécesseurs ont accompli avant lui: ignorer les interêts du peuple et du pays.Cependant, le patriote en nous veut croire en la possibilité que la mobilisation des forces vives de la nation pourra forcer une résolution acceptable de la crise.Il ne faut, en aucun cas, que Privert soit laissé libre cours pour arriver par lui-même à ce qui est favorable au pays.Il faut continuer à être méfiant et vigilant.

Un Privert réconciliateur est l’espoir du pays et un atout majeur pour le peuple. Il a indiscutablement une grande chance, une grande opportunité de grandeur, un grand privilège d’entrer grand dans l’histoire.La tendance de se replier dans son coin est toujours là.Le sectarisme et la partisannerie ont toujours été une écharde dans la chair du peuple haïtien.Un Privert réconciliateur se doit de planer au-dessus du fleuve de la division et du sectarisme.Il doit résister à la tendance et à la tentation d’assouvir ses bas instincts afin de satisfaire ses intérêts personnels.

Depuis près de 30 ans, le pays vit dans l’exclusivisme.Les forces des ténèbres ont divisé le pays entre macoutes et lavalas, entre progressistes et rétrogrades, entre les masses et l’élite.Cependant, la nation a besoin de toutes ses forces pour se relever de la poussière et du fumier. Privert a l’opportunité historique de réaliser la guérison de la nation en organisant des élections crédibles et acceptables.La stabilité et le progrès en dépendent fortement.Le pays ne peut se permettre une autre série de bouleversements. Tout le monde a intérêt dans le succès de cette équipe, quitte à elle d’en avoir dans le sien. Privert se doit d’être un président réconciliateur.Les deux chemins sont devant lui; soit de la réconciliation pour le succès, soit de la division pour l’échec.A lui de choisir sa place dans l’histoire nationale.

Henry R. Beaucejour
@hbeaucejour

About Editor

Check Also

l’administration Moïse-Lafontant et sa communication médiocre: la manifestation flagrante de la nullité d’un régime immobile

L’administration Moïse-Lafontant fait face à sa première fronde populaire. La colère contre le vote du …