Thursday , September 21 2017
Home / Election Haiti / Michel Martelly: Un Président sans personnalité, ou monstre psychopathe

Michel Martelly: Un Président sans personnalité, ou monstre psychopathe

L’actualité nationale ne rassure point depuis un certain temps. Mieux, elle nous donne du tournis lorsqu’on souhaite faire des projections à long terme, contraints que nous sommes de vivre sans scruter l’horizon. Et donc de gratter le sol comme des pauvres poules qui convoitent pourtant l’aigle, défiant les hauteurs.

Nous ne le diront jamais assez, nos malheurs viennent de la mal gouvernance érigée par le president  Joseph Michel en système de gouvernance.

Et cela est connu de tous, même de nos dirigeants. Quand même ceux qui conduisent notre destinée feignent d’avoir un programme politique, il est un devoir pour les citoyens que nous sommes d’avoir un droit de regard sur leur façon de nous diriger, et de les interpeller dès lors que la lisibilité de leur action ne rassure plus. Y’a-t-il adéquation entre leur parole et leur action ? Ne veulent-ils pas d’une chose et de son contraire à la fois ? Il est permis d’en douter et pour des raisons évidentes. Ils beuglent de tous leurs poumons qu’ils sont des constructeurs et démocrates. Dans les faits, ils détruisent la nation et entretiennent la dictature. C’est ce que nous sommes obligés de décrier tant : oui, entre ce qu’ils disent et ce qu’ils font, il y’a des années lumières.

En Haïti, c’est devenu désormais une réalité déchirante et sans équivoque du mal qui mine la cohésion sociale de la nation. Il semble qu’il a été voué aux gémonies par ces esprits obscurs qui ne supportent pas la critique constructive. Ils y ont vu l’invocation des démons de la division. Loin s’en faut. Malgré la désolation, la pauvreté criarde et la corruption endémique qui nous ronge, ces facteurs ne sont qu’une infime partie de ce que nos gouvernants nous font vivre au quotidien. Le mal est tel qu’il fait des victimes dans le cercle même du pouvoir. Et c’est ici le sens de l’appel.

Celui qui a pensé et mis en musique cette machine destructrice s’appelle  Michel Martelly  et ses proches. A cause de leur système mafieux de gouvernance et leur incapacité à nous convaincre sur  des réelles motivations à faire renaitre le pays des cendres de la dictature, de la gabegie, du catastrophe et à l’engager sur la voie du développement durable, le gouvernement a plutôt excellé dans l’art de la diversion, de la division, et de la destruction au point de faire voler en éclats tout ce qui fait une nation : des institutions fortes.

Quatre choses ruinent irrémédiablement la notoriété et la probité d’un homme. L’argent, le plaisir, la gloire et la réputation. Le president Martelly a goûté à toutes ces choses et cela l’a rendu débile. Rempli d’orgueil, il est devenu plus qu’arrogant. Il n’a cure de la souffrance présente et future de ses compatriotes, fussent-ils de son peuple. Une seule préoccupation le hante : continuer à vivre dans l’opulence insolente, les honneurs indus et l’isolement regrettable. Il ne cessera d’ignorer la réalité de cette vie difficile dans laquelle il a entrainé la nation entière, compromettant par là même espoir de voir le pays vivre le développement qu’il prône par méprise.

Le nom qui nous viennent spontanément à l’esprit, à l’évocation du mot « psychopathe », est Michel Martelly . En réalité, la psychopathie est un trouble du comportement relativement répandu. La majorité d’entre eux vivent des vies normales.

Robert Hare est le grand spécialiste mondial de la psychopathie. Il a consacré sa vie à la définition de ce trouble du comportement qui prend la forme d’un syndrome de traits psychologiques. Les psychopathes possèdent généralement la plupart des caractéristiques suivantes :

De beaux-parleurs
 : ils sont souvent très doués à l’oral, d’autant qu’ils ne ressentent pas d’anxiété ou d’appréhension à parler en public. Ils ont réponse à tout et sont capables de moucher les meilleurs orateurs (Lèw prezidan wa konprann.

Charme, charisme, aura : les psychopathes sont souvent charismatiques. Certains se transforment en gourous dans des sectes. On leur prête naturellement des qualités de meneurs d’homme. Ce sont de grands séducteurs(Viveurs ,chanteurs).

Narcissisme : les psychopathes sont toujours très arrogants, mais certains parviennent à dissimuler ce trait de personnalité déplaisant sous une fausse modestie. Ils ont une vision grandiose de leur propre importance. Ils ont l’impression d’être des surhommes, des individus à part, des bienfaiteurs, des sauveurs. Ils se perçoivent comme le soleil de la scène sociale. Leurs démarches, toujours intéressées, seront souvent présentées comme des faveurs. Dans leur esprit, tout leur est dû car ils sont exceptionnels ; par conséquent, ils se servent. On parle souvent de leur « mégalomanie » ou de leur « égocentrisme ».

Manipulateurs hors-pair : il existe de multiples manières de manipuler autrui. Les psychopathes possèdent un répertoire de techniques de manipulation particulièrement riche. Ils mentent avec un aplomb déconcertant ; ils peuvent vous culpabiliser en évoquant des obligations familiales ou professionnelles ; ils ont recours à des expressions-cadenas pour vous obliger à penser comme eux. Par exemple : « Quiconque pense le contraire est hypocrite »(El rancho).

La labilité logique : les psychopathes ont tendance à multiplier les erreurs de raisonnements. Ils accordent trop d’importance à certains faits, en minimisent d’autre. Leur esprit d’analyse, très sélectif, ne détecte que ce qui les arrange. Leur mémoire fonctionne de la même manière. Il leur arrive de se contredire dans une même phrase. Ils font des promesses qu’ils oublient peu de temps après.

Prise de risque 
: les psychopathes ont tendance à s’ennuyer et prennent plus de risques que les autres. Ils sont irresponsables et ont, semble-t-il, du mal à envisager toutes les conséquences de leurs actes.

Absence de remords : ils ne ressentent jamais aucuns remords. Ils n’assument pas leurs responsabilités. Ils rejettent systématiquement la faute sur des boucs-émissaires. Ils essaient de culpabiliser les autres et de se faire passer pour de pauvres victimes. Ils minimisent les dommages qu’ils ont commis.

L’agressivité : les psychopathes sont toujours très agressifs et très combatifs. Ils ont aisément recours à des menaces. Ils conçoivent la vie comme une succession de combats avec, à chaque fois, un vainqueur et un vaincu. Ils sont déterminés à faire ce qu’il faut pour sortir vainqueur.

La paranoïa : les psychopathes ont tendance à penser que tout le monde possède le même profil psychologique qu’eux. Si jamais on leur demande des comptes, ils crieront au complot. Ils ont souvent des tendances paranoïaques, pensent qu’on veut leur « faire la peau » ou qu’on leur a « baisé la gueule ». du « copinage », du « piston », des « arrangements ». Ils peuvent se transformer en inquisiteurs féroces. Beaucoup de gens se font avoir et pensent qu’une personne qui dénonce avec virulence l’amoralité d’autrui est nécessairement exemplaire. 

L’appétit de pouvoir : les psychopathes sont des « control freak ». Ils éprouvent le besoin de contrôler les gens qui gravitent autour d’eux et qu’ils perçoivent comme des objets ou des robots rats dont la seule fonction serait de subvenir à leurs besoins (psychologiques, matériels, sexuels). Ils sont dominateurs. Certains deviennent de parfaits tyrans domestiques. Ils occupent fréquemment des postes à responsabilité dans leur vie active. Ils s’entourent d’adjoints dociles et traquent tous ceux qui peuvent leur faire de l’ombre.

Un style théâtral : les psychopathes ont tendance à en faire trop également sur le plan de la gestuelle. Ils ont un petit côté théâtral et parlent avec les mains, leur corps.

Le plus triste chez Michel Martelly, c’est l’idée d’abattre les valeurs les plus indispensables pour éviter l’explosion
:l’écoute, lacompréhension, l’empathie,le partage.

Ces valeurs sont remplacées en fin de pouvoir par avidité, égoïsme, rejet, violence, haines, prétention,apparence, mensonge.

C’est là sans aucun doute l’effet Martelly le plus terrifiant le plus monstrueux Le plus indigne et au fond, le plus inhumain d’un musicien que nous aimons tous .

Nous n’en avons que trop souffert et cela ne saurait continuer.L’on ne saurait admettre qu’un individu ou groupe d’individu, à cause de leurs égoïsmes, de leurs intérêts, hypothèque irrémédiablement l’avenir de tout un peuple. Seul un sursaut national peut consacrer des efforts réparateurs des torts que chacun de nous et sans exception a vécu dans sa chair et dans son âme des affres d’un pouvoir corrompus et injuste.

Editorial

About Editor

Check Also

Irma met à nu les faiblesses de notre première ligne de protection

A Malfeti, 2e section communale de Fort-Liberté où vivent 6 000 habitants, quelque 350 maisons …